Formations

Formations

Comment se préparer à la menace

Rigoureuses et répondant à la discrétion souhaitée, toutes nos formations sont données par des experts en sureté/sécurité aguerris et rompus à toutes les techniques. Ceux-ci vous enseigneront les mesures préventives à adopter en cas de conflits ou de menaces nécessaires à la sécurisation de votre environnement professionnel et/ou personnel.

Notre approche concrète et didactique est destinée à favoriser le comportement civique et solidaire, le sens de la responsabilité individuelle et collective. Elle est ainsi naturellement orientée pour que chacun prenne conscience que, si nous devons être attentifs à notre propre sauvegarde, nous pouvons aussi contribuer à celle des autres.

Nos cours et mises en situation mettent principalement l’accent sur la prévention et les comportements à adopter en cas de menaces.

Ces formations s’adressent à tout individu, toute entreprise, et toute administration publique. Elles sont regroupées en trois modules distincts qui peuvent également être interactifs :

Ecole

Formation pour les établissements scolaires

Bureau

Formation pour les entreprises et le grand public

Profiling

Formation Profiling

Quelques conseils simples de réflexes au quotidien :

Rester vigilant – observer

Je vois un sac abandonné, je me renseigne autour de moi afin de trouver son propriétaire. S’il ne se manifeste pas, je m’éloigne de l’objet, je donne l’alerte, j’éloigne les gens, j’élargis la zone d’un rayon de 100 mètres, je n’utilise pas mon portable à moins de 100 mètres (certains mécanismes peuvent être déclenchés par ondes radio) et je préviens la police.

Identifier les sorties de secours

Où que je sois, je prends le réflexe de repérer les sorties de secours. Si je suis dans une grande surface, je cherche d’abord les accès de livraisons (souvent à proximité des rayons frais). Dans un restaurant, je me dirigerai plutôt du côté des cuisines ou des toilettes.

Lors d’une explosion

Je me couche immédiatement au sol pour être le moins possible exposé au souffle de l’explosion. Entre la détonation et le « blast » (souffle ou déflagration) et les projectiles qui y sont éventuellement logés, j’ai 2 secondes. Je me bouche les oreilles pour protéger mes tympans et je veille à laisser ma bouche légèrement entrouverte afin de réduire la surpression dans mes poumons. J’attends les forces de l’ordre avant d’évacuer. Il faut que la zone soit sécurisée. Nous avons déjà vu une deuxième explosion se produire lors d’évacuations. Les attentats de Zaventem, d’Istanbul, et bien d’autres l’ont malheureusement démontré. Je ne rentre pas chez moi avant d’avoir été vu par un médecin sur place ou à l’hôpital (l’effet de blast dû à l’onde de choc peut se déclencher par après et créer un trauma ou une hémorragie).

Lors d’une fusillade

Je me couche immédiatement au sol afin de réduire ma masse corporelle. Les tireurs visent plus souvent à hauteur du thorax afin de faire le plus de victimes. Je rampe si possible pour me mettre à l’abri. Si je me trouve dans un bâtiment, j’évite de m’approcher des fenêtres ; une balle perdue ou une vitre qui explose peut s’avérer mortelle. J’appelle la police.

Lors d’une attaque chimique

Je me déplace le plus haut possible, les gaz restant au sol sont plus lourds que l’air. Je n’allume ni n’éteins d’interrupteur, une étincelle peut provoquer une explosion. Si je suis en rue, j’observe la direction du vent et je me dirige vers une rue plus abritée.

Dans une situation de panique ou d’alerte

J’évite les mouvements de foule, je ne reste pas au centre (en trébuchant je risque de me faire piétiner), je m’éloigne par les côtés et je fuis par de petites rues.

Face au danger

Je me déplace progressivement. Si je suis dans un endroit fermé, pièce par pièce ; à l’extérieur, de voiture en voiture (en me plaçant à l’arrière de la roue avant, protégé ainsi par le bloc moteur et la jante).